Elisa Deroche première femme pilote
06-04-2021

Elisa Deroche première femme pilote

4 minutes de lecture

Elisa Deroche, première femme brevetée pilote de l’air en 1910

Le 8 mars est pour tout le monde la journée internationale de la femme. Mais cette date représente bien plus qu’une journée dédiée aux femmes. Dans le monde de l’aviation, elle correspond à la date où Elisa Deroche a décroché son brevet en tant que première femme-pilote.

Bien que Thérèse Peltier soit la première femme à piloter un avion, le destin a plutôt choisi Elisa Deroche comme première femme-pilote brevetée, un titre qui va de pair avec sa simplicité, sa grande beauté et son amour pour les machines volantes. Sans conteste, elle figure donc bien parmi les femmes pionnières de l’aviation qui ont contribué au progrès des engins volants.

 

Qui est Elisa Deroche ?

Au même titre que Thérèse Peltier, Valérie André, Amélia Mary, Elisa Deroche fait partie des femmes pionnières de l’aviation. Elle est tout aussi brillante que Louis Blériot, Antoine de Saint-Exupéry ou Jean Mermoz pour conduire un engin volant. De son vivant, les gens avaient l’habitude de l’appeler « Baronne Raymonde de Laroche ».

Aviatrice française née dans la belle ville de Paris, dans le quartier du IVᵉ arrondissement, Elisa Deroche voit le jour le 22 août 1882 et décède le 18 juillet 1919 au Crotoy. Fille d’un humble portefeuilliste du nom de Charles-François Deroche et de Christine Calydon Gaillard, elle passe toute son enfance dans le quartier du Marais n°61.

En grandissant, Elisa se passionne pour l’art et le théâtre et s’engage donc dans une carrière artistique d’épopée. C’est d’ailleurs au théâtre qu’elle a obtenu son surnom de « baronne Raymonde de Laroche » en l’honneur à sa fille décédée le 25 mars 1902, soit quelques mois après la naissance de cette dernière. Elle s’appelait Raymonde Marguerite Charlotte Thadome et n’avait que 7 mois et demi le jour de son décès. Profondément touchée par cette triste situation, Elisa consacra la plupart de ses journées à la peinture et la sculpture.

Concernant sa vie privée, Elisa Deroche s’est mariée à Louis Léopold Thadome à la mairie du IVᵉ arrondissement le 4 août 1900. Ils auront deux enfants ensemble avant de divorcer le 28 juin 1909. Quelques années plus tard, soit le 20 février 1915, elle épouse Jacques Vial, une union qui ne durera malheureusement que deux ans. Ils se séparent en effet le 16 juillet 1917.

 

Ses débuts dans l’aviation

Fort de son caractère, la Baronne Raymonde de Laroche brille au théâtre et réalise les plus belles sculptures de son temps. La dame aime aussi les émotions fortes et a déjà eu l’honneur de conduire une moto ainsi qu’une automobile. Elle aime relever les défis et faire de nouvelles découvertes.

Elise Deroche

Ainsi, lors d’un souper mondain, elle assiste sans le prévoir aux vols des premiers aéroplanes de l’époque sur le champ de l’Ouest parisien. La passion pour l’aviation s’installe peu à peu dans son cœur, bien qu’à ce moment, elle ne pensait pas encore accomplir d’énormes prouesses dans le secteur.

Elle s’intéresse de plus en plus aux avions après avoir fait la connaissance de Charles Voisin, constructeur réputé d’aéroplanes.

Ce dernier est lui-même un pionnier de l’aviation en étant connu pour être le 1ᵉʳ pilote français à survoler l’Europe à bord d’un avion à moteur en 1907. Avec son frère Gabriel, ils fondent ensemble l’entreprise Voisin Frères qui a pour ambition de coacher des groupes de pilotes. Elisa profite de cette approche pour s’initier à l’apprentissage du pilotage des machines volantes. Elle s’entraîne souvent sur un terrain d’essai situé en Champagne.

Après de longs mois de séries d’entraînement, Elisa Deroche est enfin prête pour participer à une compétition dans l’aviation en 1909. Bonnet de laine sur la tête, chandail et jupe informe, elle s’estime prête à prouver de quoi une femme est capable de faire au volant d’un avion. Son unique objectif : voler plus haut, plus fort, plus vite à toute allure.

 

Première femme brevetée pilote-aviateur

La Baronne Raymonde de Laroche figure bien parmi les femmes pionnières de l’aviation les plus impressionnantes du début du XIXᵉ siècle. Précisément le 8 mars 1910 à Mourmelon, elle obtient son brevet de pilote-aviateur numéroté 36, délivré par l’Aéro-Club de France. Elle devient par la suite la première femme à gagner ce titre à peine âgé de 28 ans.

1 er Brevet de pilote d'avion pour une femme

Pour s’imposer dans le milieu, elle participa à de nombreux vols expérimentaux aux côtés de nombreux pilotes masculins de renom tels que Nieuport, Rennais Noguès, Blériot et Roland Garros. Elle a même effectué un vol de démonstration en Russie, à Saint-Pétersbourg en compagnie de Blériot. Impressionné par ses performances dans les airs, le tsar Nicolas II décide de la proclamer « Baronne ».

 

Un an après l’obtention de son brevet, soit en 1911, Elisa Deroche obtient la rosette d’Officier de l’Instruction Publique, un titre généralement décerné qu’aux hommes.

En 1913, elle gagne la Coupe Fémina pour avoir battu le record de la plus longue distance parcourue cette année. En juin 1919, soit un mois avant son décès, elle impressionne encore une fois ses spectateurs en battant le record féminin de la plus haute altitude jamais atteinte, une hauteur de 4800 m.

 

Le drame de sa mort

Les débuts d’Elisa Deroche dans l’aviation s’apparentent aisément à ceux de Thérèse Peltier, la première femme pilote. Cependant, contrairement à cette dernière qui décide de tout abandonner après la mort de son mentor Léon Delagrange, la Baronne Raymonde de son côté ira jusqu’au bout de ses rêves. En effet, le crash de l’avion biplan Voisin dans lequel elle se trouvait à Reims le 8 juillet 1910 ne l'a pas empêché d’aller de l’avant, bien qu’elle en soit sortie avec plusieurs fractures.

Deux ans après ce drame, Elisa frôle de nouveau la mort dans un accident de voiture aux côtés de Charles Voisin, ce dernier y périt malheureusement. La première guerre mondiale éclate en 1914 et la contraint de faire une pause. Après la guerre, Elisa sera la première femme à vouloir tout de suite reprendre les commandes d’un avion et va réussir à voler jusqu’à une altitude de 4800 km pour 323 km de distance parcourue.

Le 18 juillet 1919, elle embarque à bord d’un vol d’entraînement dans la Somme, le dernier qu’elle fit avant de mourir suite au crash de l’avion. Un minutieux détail à préciser, Elisa n’a pas conduit l’engin, l’accident fut donc provoqué par l’inadvertance de son entraîneur.

 


Laisser un commentaire

Soyez au courant